#LibererLeclerc : une mobilisation, et une première victoire !

#LibererLeclerc : une mobilisation, et une première victoire !

#LibererLeclerc : une mobilisation, et une première victoire !

En février, nous étions près de 300 à manifester pour #LibererLeclerc : défilé de poussettes, réalisation d’une piste cyclable bidirectionnelle entre la Porte d’Orléans et la place Hélène et Victor Basch, réduction de la place accordée aux motorisés…

Riverains, cyclistes de Paris ou des communes voisines, usagers des bus, nous avons redessiné cette avenue telle que nous la souhaitons : libérée d’une partie de son trafic autoroutier et de la pollution – sonore ou de l’air – qu’elle engendre.

Le temps d’une matinée, cette autoroute urbaine traversant le 14e arrondissement est devenue plus apaisée, plus respirable, plus sûre pour les piétons et les cyclistes, en un mot : plus agréable.

Mais bien trop vite, il a fallu se réfugier sur les trottoirs et laisser l’immensité de la voirie aux motorisés. Riverains, parents avec poussette ou cyclistes, chacun pouvait recommencer à suffoquer !

Depuis, l’association Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB), membre du collectif, a déposé le 27 mars dernier un recours au tribunal administratif de Paris pour casser le veto du Préfet de police sur le réaménagement de l’avenue.

 

UNE SOLUTION PROGRESSIVE SEMBLE SE DESSINER

En attendant, ce veto, bloque toujours le projet de réaménagement porté par la mairie de Paris et les citoyen·ne·s, mais une première victoire semble se dessiner. Lors d’une réunion, la Mairie du 14e arrondissement a en effet présenté un nouveau phasage des travaux, permettant d’engager la requalification de l’avenue du Général Leclerc.

Une première phase aura lieu dès cet été : des couloirs de bus ouverts aux vélos vont être réalisés dans les sens entrant et sortant, entre la place Hélène et Victor Basch et la Porte d’Orléans et certaines traversées piétonnes seront sécurisées par la mise en place de refuges au centre de l’avenue.

Dans le prolongement de la phase 1, la phase 2 des travaux débutera. Cette phase correspond au réaménagement complet de la place Hélène et Victor Basch, tel que souhaité lors de la concertation. La piste cyclable bidirectionnelle autour de la place sera créée, les traversées piétonnes seront améliorées et la place dévolue aux motorisés sera réduite.

En 2019, la phase 3 pourra être mise en œuvre : rénovation des trottoirs, modernisation de l’éclairage et sécurisation des traversées piétonnes restantes.

La phase 4 ne pourra être réalisée qu’après l’accord du Préfet de police de Paris. Il s’agira alors de réaliser – enfin – la piste cyclable bidirectionnelle sur le côté est de l’avenue, de mettre en place les séparateurs des voies de bus et ainsi de réduire la circulation automobile à une file dans chaque sens, pour enfin en finir avec cette autoroute urbaine, vecteur anachronique de pollution.

 

Ce phasage des travaux est une première victoire pour #LibererLeclerc : il permet d’engager les travaux dans le court terme, tout en laissant la possibilité d’atteindre les objectifs fixés quant au réaménagement dans le moyen terme. Il est maintenant certain que l’avenue ressemblera un jour au projet concerté par les élus, les associations et les citoyen·ne·s.

 

Prochain rendez-vous le 4 avril à 19h30 à la mairie annexe du 14e arrondissement (12 rue Pierre Castagnou) pour une présentation du phasage et des travaux à venir.

En attendant, plus que jamais, nous devons nous mobiliser pour que le Préfet de police revienne au plus vite sur ses prescriptions et que la phase ultime du réaménagement de l’avenue du Général Leclerc puisse avoir lieu.

 

IL FAUT LIBÉRER LA D920

Mais notre mobilisation doit aussi se poursuivre au-delà du périphérique. La D920, au sud de la Porte d’Orléans, de par sa configuration autoroutière, provoque l’entonnoir amenant tant de voitures à se déverser sur l’avenue du Général Leclerc. Mais justement, les conseils départementaux des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne, ainsi que les communes de Bourg-la-Reine, Cachan, Bagneux, Arcueil et Montrouge portent un projet de réaménagement de la D920, visant, entre autres, un meilleur partage de l’espace. Toutefois, les continuités cyclables ou des voies de bus ne sont pas assurées. Jusqu’au 11 mai, il est possible de participer à la concertation pour continuer de porter notre message : il est inconcevable de prévoir un réaménagement laissant en place cette autoroute urbaine et en ne prévoyant pas de réelle continuité des voies de bus ainsi que des itinéraires piétons et cyclistes.

 

En savoir plus sur le projet de réaménagement de la D920 : http://www.hauts-de-seine.fr/fileadmin/PDF/Cadredevie/RD920/BONRD920-Concert-panneaux.pdf

Les différentes dates de la consultation publique sur la D920 :

Bourg-la-Reine : mardi 10 avril à 19h

Montrouge : mercredi 11 avril à 19h

Bagneux : jeudi 12 avril à 19h

Arcueil : le 2 mai 2018 à 20 h

Cachan : jeudi 3 mai à 19 h

http://www.hauts-de-seine.fr/actualite/amenagement-du-territoire/rd920-donnez-votre-avis-sur-le-projet-damenagement-du-26-mars-au-11-mai-2853/

 

 

Le collectif Libérer Leclerc