Le courrier de la Préfecture de Police

Le courrier de la Préfecture de Police

Le courrier de la Préfecture de Police

Voici le courrier adressé par le Préfet de Police, qui constitue son avis officiel sur le projet d’aménagement de l’avenue du Général Leclerc. L’avenue du Général Leclerc étant un axe dit « essentiel », ses prescriptions sont incontournables, même par la Maire de Paris.

Avis du Préfet de Police

Libérer Leclerc note que :

  • la crainte que soient bloqués, du fait du passage à une voie automobile, des carrefours déjà bloqués aujourd’hui avec trois voies automobiles, constitue le principal argument pour imposer deux voies de circulation automobile, dont on ne sait trop par quel miracle elles empêcheraient le blocage,
  • la non-protection des voies de bus entre en complète contradiction avec la mission de la préfecture de faire passer les véhicules de secours, les voies de bus non protégées étant systématiquement encombrées de véhicules qui n’y ont pas leur place (et dont la tâche de la verbalisation revient à… la préfecture),
  • l’éviction des cyclistes et de la voie qui leur est consacrée, dont le gabarit permet également la circulation des véhicules d’urgence, offrant par là même une solution supplémentaire aux secours, entre également en totale contradiction avec la mission de la préfecture d’assurer la circulation des véhicules d’urgence,
  • l’appréhension de l’embouteillage automobile est en complète contradiction avec la prescription du maintien d’un nombre élevé de voies automobiles, l’espace supplémentaire dévolu à la voiture ne pouvant que conduire… à plus de voitures,
  • l’avis, pourtant document officiel ayant valeur d’ordonnance paru après 6 mois de réflexion, comporte plusieurs erreurs factuelles (« rue » Jean Moulin au lieu d’« avenue », mystérieuse mention d’une avenue du Général de Gaulle…).